Consultez les avis sur Tripadvisor :

Le Site archéologique

La grotte du Piage
La grotte du Piage

Situé à 8 kilomètres à peine de la vallée de la Dordogne, juste au nord de Gourdon, le gisement du Piage fait partie d’un ensemble de grottes et abris s’ouvrant – comme c’est classique dans la région - à la base d’une imposante falaise de calcaire coniacien.

 

Reconnu dès le début du XXe siècle, et scientifiquement fouillé entre 1958 et 1968 par Fernand Champagne et René Espitalié, il a livré une séquence archéologique fondamentale en ce qui concerne le début du Paléolithique supérieur, c'est-à-dire la période où les Néandertaliens sont remplacés, en Europe occidentale, par des Hommes anatomiquement modernes.

 

A la suite d’une première publication dans les années 80, le site fut rendu célèbre pour deux raisons :

 

         - On y a découvert une des plus riches collections au monde d’Aurignacien ancien, culture réputée comme la trace des nouveaux arrivants « modernes » en Europe.

       - La partie Nord du site a livré une interstratification entre des niveaux archéologiques attribués aux derniers néandertaliens (le Châtelperronien) d’une part, aux plus anciens Hommes anatomiquement modernes d’autre part. Cette configuration stratigraphique rare a été interprétée comme la preuve la plus convaincante de la contemporanéité des deux populations en Europe de l’Ouest, laissant ainsi ouverte la possibilité de leur rencontre.

 

Depuis 2004, de nouvelles fouilles sont conduites sur le site, sous la conduite de Jean-Guillaume Bordes (Université Bordeaux 1) et Foni le Brun-Ricalens (Musée National d’Histoire et d’Art du Luxembourg).

Les premières campagnes, qui regroupent plus de 30 bénévoles chaque année, ont permis de démontrer que cette interstratification n’était pas le reflet de l’histoire du peuplement, mais la conséquence de glissements de terrains, et donc de mélanges entre couches initialement distinctes.

 

Surtout, il existe au Piage une industrie très rare dans le sud ouest de la France (il faut aller à Isturitz dans les Pyrénées Atlantiques, pour en retrouver des traces), dont les caractéristiques techniques sont de nature à renforcer la continuité culturelle entre les populations néandertaliennes et nos ancêtres directs.